La présidence de la République d’Islande, entre représentation et politique

Bessastaðir, résidence des présidents islandais

Comme à chaque élection présidentielle islandaise, celle du 20 juin a remis au jour une ambiguïté fondamentale : s’agit-il d’une fonction de représentation d’une communauté inquiète d’être oubliée du monde ou d’une fonction politique ? En votant à 92% pour Guðni Jóhannesson, les Islandais ont opté sans ambiguïté pour la représentation, clairement assumée par l’intéressé dans l’exercice de son premier mandat. En face, la candidature de Guðmundur Franklín Jónsson était volontairement politique, de mouvance populiste : le président doit utiliser pleinement son pouvoir d’appel au peuple contre les élus/élites. Appel au peuple ?  Il s’agit, en refusant la promulgation d’une loi votée par l’Alþingi, de provoquer de manière totalement discrétionnaire un référendum. Ce n’est pas un succès pour Guðmundur Franklín et son option politique : seuls votent pour lui 7.8% des électeurs, en majorité sympathisants du Parti du Centre et du Parti du Peuple. Comme pour répondre à ce verdict, le gouvernement va proposer une réforme de la constitution précisant – peut-être ! – la fonction.

Dans les dispositions actuelles, le président est élu pour quatre ans au suffrage universel à un tour. Il n’y a aucune limite au nombre possible de mandats. Comme pour montrer l’ambiguïté de la fonction, il y a eu à chaque nouvelle élection des candidats « politiques » et des candidats reconnus du monde socio-culturel. Toujours ces derniers l’ont emporté. Or voici qu’en 1996, Vigdís Finnbógadóttir refusant de faire un cinquième mandat, se présente un homme dont les engagements politiques divers et la grande ambition sont connus de tous. Ólafur Ragnar Grímsson a été ministre, membre du Parti du Progrès, puis président de l’Alliance du Peuple. Sa candidature fait sourire, mais il est élu. On associe souvent son succès à la belle popularité de son épouse d’alors, Guðrún Katrín Þorbergsdóttir, décédée deux ans plus tard. Mais il faut aussi y voir une évolution de l’opinion : une majorité d’Islandais souhaitent alors comme président une personnalité capable de se situer au-dessus, et non à coté, d’une classe politique pour lesquels ils ont décidément peu d’estime.

qui a été élu(e) en 1996 ?

Dès le départ Ólafur Ragnar annonce qu’il ne se contentera pas d’un rôle de représentation et utilisera si nécessaire le droit de provoquer un référendum sur une loi qui lui déplairait ou semblerait déplaire à un nombre élevé de citoyens, par exemple à la suite d’une pétition. Ainsi, en 2004, il s’oppose à une loi sur la presse : cette loi est retirée. Puis vient son refus de promulguer la loi entérinant le premier accord sur l’indemnisation des clients britanniques et néerlandais de la banque Icesave. Pour s’en expliquer il s’appuie sur une pétition ayant recueilli plus de 60000 signatures. Et sa décision, dont il ne prend même pas la peine d’avertir le gouvernement au préalable, place celui-ci dans une situation très difficile. Un deuxième accord, pourtant sensiblement plus avantageux, connaît le même sort[1]. Retrouvant grâce ces deux référendums une popularité largement écornée par sa proximité passée avec les « business vikings », il peut assurer sa réélection pour un cinquième mandat (2012). Mais en refusant ultérieurement de provoquer de telles consultations alors qu’il est sollicité par des pétitions très largement signées, il reconnaît implicitement la difficulté d’utiliser dans un régime parlementaire un pouvoir discrétionnaire issu de la monarchie, sauf à l’encadrer. C’est ce que stipulait la Commission Constitutionnelle de 2010/2011. Elle touchait peu à la fonction présidentielle, mais en organisant le référendum d’initiative populaire, elle aurait ôté une large partie de son sens à ce pouvoir exorbitant du président.

Que propose aujourd’hui le gouvernement sur la base des travaux du groupe qu’il a créé pour reprendre entre autres les idées de la Commission Constitutionnelle ?   Le mandat présidentiel serait de six ans, renouvelable une fois. De plus l’Alþingi pourrait faire une nouvelle lecture d’une loi que le président refuserait de promulguer, ce qui reviendrait à provoquer un éventuel dialogue entre le gouvernement et lui. D’autres modifications de la Constitution doivent être proposées, notamment sur l’exercice de la responsabilité gouvernementale. C’est au vu de l’ensemble que l’on pourra mieux comprendre l’articulation du pouvoir exécutif.


[1] Pour connaitre, et peut-être comprendre, la très complexe affaire Icesave, je me permets de renvoyer à mon livre « l’Islande » paru chez  Karthala

Une réponse sur “La présidence de la République d’Islande, entre représentation et politique”

  1. Merci Michel pour cette actualisation sans oublier le rappel de certains événements passés. Je me souviens d’un été ou pendant quelques jours on se posait la question : « signera ou ne signera pas », fera-t-il son déplacement prévu à l’étranger ? etc ….. Comme tu le dis si bien, Ólafur Ragnar était un homme politique.
    Bon séjour en Islande. Huguette B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *